tempérance


tempérance

tempérance [ tɑ̃perɑ̃s ] n. f.
• 1549; temprance v. 1120; lat. temperantia
Vieilli
1Didact. Modération dans tous les plaisirs des sens. continence, mesure. La tempérance est une vertu cardinale.
2(1611) Modération dans le boire et le manger. frugalité, sobriété. Spécialt Modération dans la consommation des boissons alcoolisées. Sociétés de tempérance, qui combattent l'alcoolisme.
⊗ CONTR. Excès, intempérance. Gourmandise; alcoolisme.

tempérance nom féminin (latin temperantia) Une des quatre vertus morales, dites vertus cardinales, qui discipline les désirs et les passions humaines. Sobriété dans l'usage des aliments et surtout des boissons alcoolisées. ● tempérance (synonymes) nom féminin (latin temperantia) Une des quatre vertus morales, dites vertus cardinales, qui discipline...
Synonymes :
Contraires :
Sobriété dans l'usage des aliments et surtout des boissons alcoolisées.
Synonymes :
- frugalité
- sobriété

tempérance
n. f.
d1./d Modération.
d2./d Didac. Modération dans les désirs, dans les plaisirs des sens. La tempérance est l'une des vertus cardinales.
d3./d Cour. Modération dans les plaisirs de la table.
|| Spécial. Modération dans l'usage des boissons alcoolisées.

⇒TEMPÉRANCE, subst. fém.
A. — Modération, sobriété. Synon. mesure, retenue; anton. excès, intempérance. [Platon et Aristote] ont su les retenir [les deux grands systèmes dogmatiques] dans les limites de la sobriété et de la tempérance socratique (COUSIN, Hist. gén. philos., 1861, p. 136).
B. — 1. L'une des quatre vertus cardinales qui règle désirs et passions. Les anciens classaient les vertus en quatre familles:Prudence, Tempérance, Force, Justice (PROUDHON, Créat. ordre, 1843, p. 200). La sagesse classique et ses conseils sur les dangers de la passion, source d'aveuglement pour la raison, son apologie des vertus, si antiques à la fois et si chrétiennes, de tempérance et de prudence: modération en tout, juste équilibre, art de composer un mélange bien dosé avec tous les éléments nécessaires (MARROU, Connaiss. hist., 1954, p. 214).
2. Figure allégorique qui représente cette vertu. Les imagiers donnèrent deux visages à cette vertu. La tempérance remet quelquefois son épée au fourreau, mais le plus souvent elle tient deux vases et paraît mélanger l'eau et le vin; c'est l'élémentaire symbole de la sobriété (FULCANELLI, Demeures philosophales, t. 2, 1929, p. 191).
C. — Modération dans les plaisirs de la table. Synon. frugalité, so-briété; anton. gourmandise. La tempérance est un des plus sûrs moyens d'entretenir sa santé (Ac. 1835-1935).
En partic. Modération dans la consommation de boissons alcoolisées. Anton. ivrognerie. Oh! le gouvernement ne combat pas assez l'alcoolisme. La tempérance, Monsieur... Vous ne me cafarderez pas hein! (ARNOUX, Rêv. policier amat., 1945, p. 171).
Vx. Société de tempérance. Association dont le but est de combattre l'abus de boissons alcoolisées. De joie et d'extase on s'emplit, L'ivresse, c'est la délivrance; Sur aucune fleur on ne lit: Société de tempérance (HUGO, Art d'être gd-père, 1877, p. 26).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: temperance; dep. 1740: tempérance. Étymol. et Hist. 1. Ca 1230 « modération dans les plaisirs des sens » (ROBERT GROSSETETE, Château d'amour, éd. J. Murray, 705); 2. 1540 « modération » (NICOLAS HERBERAY DES ESSARS, Amadis de Gaule, éd. H. Vaganay, p. 147); 3. 1611 « modération dans le boire et le manger » (COTGR.); 1839 société de tempérance (Encyclop. du commerçant. Dict. du commerce et des marchandises, t. 2, p. 2235a, s.v. vin). Empr. au lat. temperantia « modération, mesure, retenue », « sobriété »; l'a. fr. avait aussi en ce sens temprance, dér. de temprer « mélanger, modérer », du lat. temperare, v. tempérer et atemprance, v. tempérament. Fréq. abs. littér.:77.

tempérance [tɑ̃peʀɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1549; temprance, v. 1120; lat. temperantia, de temperans, antis. → Tempérant.
1 Modération (→ Haut, cit. 58). || Tempérance dans la sagesse; dans la dépense. Économie, sobriété.
2 Didact. Modération dans les plaisirs des sens. Continence. || La tempérance, vertu cardinale. || Justice et tempérance (→ Niaiserie, cit. 7).
1 Tempérance est une vertu de savoir commander aux voluptés.
Ronsard, Œuvres en prose, « Des vertus intellectuelles et morales ».
3 (1611). Cour. Modération dans le boire et le manger. Abstinence, frugalité, sobriété. || Sobre par tempérance (→ Apparent, cit. 6). Particult. Modération dans la consommation des boissons alcoolisées. || La tempérance, qualité que doit avoir un conducteur (→ aussi Pression, cit. 1). Vieilli. || Sociétés de tempérance, au Canada, aux États-Unis…, dont le but est de combattre l'abus ou même l'usage des boissons alcoolisées (cf. Ligue anti-alcoolique).
2 Les sociétés de tempérance règnent, fort utilement, disons-le. Elles ont leurs processions, et promènent leurs bannières avec un appareil presque maçonnique qui attendrit même les cabaretiers. On entend les tavernières dire aux ivrognes en les servant : « Bévez-en un varre, n'en boivez (sic) pas une bouteille ».
Hugo, l'Archipel de la Manche, VIII.
DÉR. (De temperans) Tempérant.
COMP. Intempérance.

Encyclopédie Universelle. 2012.